Urwerk

Nouveautés 2013

URWERK EMC

Il y a tout juste 4 mois, durant le salon horloger de Baselworld, URWERK dévoilait l’un des concepts les plus ambitieux et révolutionnaires du moment : le premier mouvement mécanique « intelligent », l’EMC. Derrière ces quelques lettres se cachait déjà le concept de l’Electro Mechanical Control. La première montre de précision entièrement mécanique portant en son sein, un module d’évaluation de ses paramètres : « L’idée de l’EMC remonte à près de 6 ans déjà et découle directement de mon travail à l’établi » explique Felix Baumgartner, maître horloger et co-fondateur d’URWERK. « En effet, comme tout horloger, j’ai sur mon plan de travail un instrument de contrôle qui vient sanctionner mon ouvrage, un Witschi. C’est un juge impartial et intransigeant qui «écoute» le rythme du balancier et rend son verdict quant à la performance du mouvement. C’est ma référence et mon seul boss à l’atelier ».
L’idée folle d’intégrer un tel instrument de mesure, « un cerveau », dans une montre à 100% mécanique s’est imposée comme un défi ultime pour URWERK. « Sur simple pression d’un bouton, vous aurez une donnée sûre et précise sur votre EMC. C’est une information qui jusqu’alors n’était accessible qu’à un professionnel. Grâce à celle-ci, vous pourrez intervenir sur un des mécanismes les plus excitants et les plus jubilatoires inventés par l’homme, la montre mécanique, et ce en toute sécurité » poursuit-il.
Le principe de l’EMC s’est ainsi imposé avec un triple objectifs : montrer l’influence des paramètres extérieurs (activité, chaleur, pression) sur le mécanisme balancier-spiral ; corriger ces distorsions à la source ; permettre un échange, encourager l’interactivité entre une montre et son possesseur.

L’EMC prend l’apparence d’un control board avec ses quatre cadrans distincts. L’emphase est portée sur le cadran de la seconde (cadran positionné à 2h). C’est un des éléments phare de l’EMC, l’étalon de sa bonne marche et de son exactitude. A sa gauche – à 10 h – l’affichage de la performance de l’EMC exprimée en seconde par jour. En dessous – à 7h – la réserve de marche de l’EMC. L’indication classique des heures et minutes se fait à 5h – cette indication se fait par le biais d’un jeu d’aiguilles standard, une première pour URWERK.
Au dos de l’EMC, son mouvement maison est visible derrière une glace saphir.

Ce mouvement manufacture URWERK a été pensé, développé et usiné dans les ateliers d’URWERK.

  • Son balancier a été réalisé en ARCAP, un alliage affectionné par URWERK pour ses propriétés non-magnétique et anticorrosive. L’originalité de ce balancier est remarquable au premier coup d’œil. Sa morphologie parfaitement linéaire a fait l’objet de calculs savants afin d’améliorer son aérodynamisme et minimiser les perturbations causées par la friction d’air. Ceci lui permet de garder une amplitude optimale.
  • Son organe moteur a pris la forme d’un imposant double barillets monté en vertical sur un même axe. Ce double barillets monté en série assure la stabilité et la performance linéaire de l’EMC. Ils permettent à l’EMC d’afficher 80 heures de réserve de marche.
  • Sa vis de régulation accessible depuis l’extérieur de la montre permet un ajustement précis par la raquette, en modifiant la longueur active du spiral.

 

Le « cerveau » de l’EMC est ainsi composé :

  • D’un capteur optique en lien avec le balancier (Optical sensor). Ce capteur est composé d’un émetteur et d’un récepteur positionné de part et d’autre du balancier. Son rôle est d’enregistrer les oscillations de cet organe de 28'800 a/h, soit 4hertz, sur un laps de temps de 3 secondes. Cette mesure est déclenchée manuellement par pression d’un bouton poussoir (start button).
  • D’un oscillateur électronique à 16'000'000hz C’est l’élément de référence de l’EMC. La performance du balancier de l’EMC (4hz) est comparée à cet oscillateur hors norme afin d’obtenir la mesure la plus précise possible.
  • D’une intelligence artificielle (computer) Ce calculateur est capable de déterminer le différentiel (symbolisé par la lettre δ) entre la marche du mouvement et l’oscillateur de référence. Chaque micro seconde de différence entre les deux parties est exprimée en gain ou perte d’une seconde par jour du mouvement mécanique. Ainsi une variation de 0.0000014s par demi-alternance se traduit par une variation d’une seconde par jour.
  • D’un générateur à remontage manuel (generator) : L’organe de surveillance de l’EMC (le capteur optique et le calculateur) est alimenté en énergie grâce à un micro-rotor de l’entreprise suisse Maxon, célèbre pour avoir développé pour la Nasa et sa mission d’exploration sur Mars, le moteur du module Pathfinder.
Par année