Montblanc

Nouveautés 2012

MONTBLANC TIMEWRITER II CHRONOGRAPHE BI-FRÉQUENCE 1.000

Avec les traditionnelles aiguilles des heures et des minutes, l’affichage de l’heure actuelle est situé au centre du cadran. A 9 heures, la seconde permanente est représentée par un disque échelonné en verre saphir qui tourne sous un index triangulaire fixe. Ces indications temporelles sont commandées par le grand balancier à vis, qui apparaît à 7 heures au travers du cadran partiellement squeletté et bat à la fréquence habituelle de 18'000 alternances par heure (2,5 Hz). Tous les autres affichages sont dédiés aux fonctions du chronographe qui méritent de figurer au centre de l’attention sur ce prodigieux garde-temps. A 10 h 30 apparaît le petit balancier du chronographe. Il oscille à une fréquence de 360’000 alternances par heure (50 Hz). 
A 6 heures, un double compteur est muni de deux aiguilles : la longue aiguille avec l’extrémité rouge compte les secondes de 1 à 60 alors que la petite aiguille les totalise jusqu’à 15 minutes. Disposée légèrement en retrait, une fenêtre à 3 heures affiche la réserve de marche pour le mécanisme du chronographe qui atteint et dépasse même 45 minutes, après un remontage complet.
L’indication de la réserve de marche sert également d’affichage complémentaire pour le chronographe et indique la durée pendant laquelle le chronographe continuera de fonctionner après l’écoulement des 15 minutes.
A 12 heures, un guichet est consacré à la caractéristique essentielle de ce prestigieux chronographe. Il se compose d’une aiguille pourvue d'un triangle rouge et d’une échelle en arc de cercle, qui va de N pour neutre en passant par 0 jusqu’à 9 millièmes de seconde.
Le remontage du mouvement destiné à l’affichage des heures s’effectue par le pivotement de la couronne dans le sens des aiguilles d’une montre (la réserve de marche dépasse 100 heures). Si la couronne est tournée dans le sens contraire, elle arme le barillet séparé réservé au mécanisme de chronographe, qui assure une précision optimale pendant plus de 45 minutes.
Pour le chronométrage d’événements d’une durée plus longue, il est possible de remonter le barillet pendant la durée de la mesure. L’actionnement du poussoir situé entre les cornes à 12 heures enclenche la fonction chronographe. Dès lors, la trotteuse rouge accomplit une révolution du cadran chaque seconde et ses tours sont comptabilités par les totalisateurs à 6 heures.
L’indication de la réserve de marche se déplace progressivement vers le haut alors que l’aiguille des millièmes des secondes est en position N. Une seconde activation du poussoir du chronographe arrête instantanément l’ensemble du système et le temps mesuré peut être lu, en commençant par les minutes sur l’échelle interne du totalisateur à 6 heures, les secondes sur l’échelle externe du totalisateur, puis les centièmes de seconde sur l’échelle périphérique et, enfin, les millièmes de seconde dans le guichet à 12 heures.

RÉGULATEUR NAUTIQUE DE MONTBLANC

Chaque set se compose d’un chronographe-bracelet doté d’un cadran régulateur avec l’indication d’un second fuseau horaire ainsi que d’une horloge de marine qui, hormis l’affichage de trois fuseaux horaires sur le cadran principal de type régulateur, offre également une fonction heure universelle.
Le chronographe Régulateur Nautique affiche, dans un petit cadran auxiliaire à 12 heures, l’heure locale avec l’aiguille supérieure squelettée et l’heure de référence (heure du port de départ) avec l’aiguille inférieure. Si l’on se trouve dans le fuseau horaire de référence, les deux aiguilles se recouvrent parfaitement. Lors du passage dans un nouveau fuseau horaire, l’aiguille de l’heure locale est réglée, par sauts d’une heure, à l’aide du poussoir situé à 10 heures. Disposé à 1 heure, un petit cadran 24 heures avec une indication jour/nuit indique le moment de la journée dans le fuseau horaire de référence.
Son mouvement de chronographe de calibre MB M16.30 possède un grand compteur des secondes au centre, un compteur 30 minutes à 3 heures et fonctionne de manière classique avec une roue à colonnes et un embrayage horizontal.
Dans la partie inférieure du cadran, l’indication combinée de la réserve de marche et des zones de remontage du chronographe Régulateur Nautique de Montblanc permet de distinguer les deux premiers états d’énergie. Si la réserve de marche se trouve dans la zone favorable, les deux aiguilles sont situées l’une au-dessus de l’autre et montrent la durée de marche résiduelle affichée en nombre d’heures. Dans la zone où la tension du ressort moteur s’affaiblit (indiquée par le mot BAS), l’aiguille supérieure reste immobile alors que l’aiguille inférieure rouge se déplace dans la zone de la même couleur, afin de signifier à l’utilisateur qu’il convient de procéder à un nouveau remontage manuel de la montre.
A eux seuls, les matériaux et les dimensions de l’horloge de marine Régulateur Nautique de Montblanc retiennent l’attention et feront battre un peu plus fort le cœur de tout propriétaire d’un navire de plaisance : un diamètre de 56 cm, une hauteur de 93 cm et un poids de 120 kg, un socle en granit, laiton et aluminium massif et fibres de carbone. 
Au titre de partenaire pour cette exceptionnelle horloge de marine, Montblanc s’est attaché la collaboration de la célèbre manufacture de pendules Erwin Sattler.

MONTBLANC NICOLAS RIEUSSEC CHRONOGRAPH OPEN HOMETIME

L’affichage de l’heure se présente sous une forme décentrée, l’indication du second fuseau horaire correspondante se lit à travers des découpures circulaires effectuées à l’intérieur de l’échelle des heures, derrière laquelle tourne le disque des 12 heures partiellement squeletté.
Un petit index triangulaire rouge atteste par l’inscription HOME TIME qu’il affiche l’heure du lieu de résidence habituel alors que les grandes aiguilles des heures et des minutes illustrent l’heure du fuseau horaire dans lequel séjourne actuellement le voyageur.
L’indicateur jour/nuit, qui apparaît dans un guichet à 9 heures, est synchronisé avec l’heure du lieu de résidence alors que la date à 3 heures est en corrélation avec l’heure locale. Une autre ouverture pratiquée entre les deux disques du chronographe permet au regard de découvrir divers éléments de l’embrayage vertical, qui résiste à l’usure avec une remarquable vaillance, le balancier à vis et son spiral ainsi que la roue d’échappement dont les dents possèdent un profil spécifique. Lorsque l’utilisateur se déplace d’un fuseau horaire à un autre, il peut aisément et rapidement ajuster l’aiguille des heures par sauts d’une heure à l’aide de la couronne. Pendant cette opération, l’aiguille est déconnectée du mouvement afin que la marche de la montre ne soit pas influencée par le processus de réglage.

VINTAGE TACHYDATE

Le premier chronographe de la Collection Montblanc Villeret 1858 à comporter une indication de la date est animé par le nouveau calibre manufacture MB M16.32, spécialement développé à son intention.
La date se lit sur un compteur situé à 6 heures qui s’associe harmonieusement avec le totalisateur 30 minutes à 3 heures, la petite seconde permanente à 9 heures et la double échelle tachymètre conférent ses caractéristiques identitaires à cet instrument de précision.
D’un diamètre de 43,5 mm, le boîtier s’orne d’une lunette concave au poli spéculaire, d’une couronne crantée avec en son centre le poussoir intégré pour commander le chronographe et incrusté de l’emblème Montblanc en nacre. Le fond du boîtier est constitué d’un verre saphir.

 

MONTBLANC TIMEWALKER TWINFLY CHRONOGRAPH GREYTECH

Une finition satinée et microbillée confère au boîtier monochrome confectionné en titane massif des contrastes optiques d’une fascinante diversité. Gris sur gris, le grand cadran attire le regard avec ses sept affichages temporels et de généreuses ouvertures pour le disque de date, également réalisé dans un ton de gris.
Avec un diamètre de 43 millimètres et son étroite lunette, le cadran se caractérise par sa grande ouverture qui facilite une disposition claire et accroît la lisibilité des différents affichages.

 
Par année