les marques horlogères

H. Moser & Cie

A la fin de sa période d’apprentissage et de compagnonnage, en 1826, Heinrich Moser réfléchit à la meilleure façon et au meilleur lieu pour bâtir une carrière.

Heinrich Moser émigre alors à Saint-Pétersbourg, en Russie, pour y fonder fin 1828 l’entreprise commerciale «Heinrich Mo-ser & Co.». Il utilise ce nom d’entreprise pour développer une signature sociale en cursive – presque toujours complétée par un poinçon. 
A quelques exceptions près, le nom d’entreprise en écriture cursive cyrillique et/ou latine et le poinçon signent jusqu’en 1918 environ toutes les montres provenant du négoce horloger de Heinrich Moser, qu’il s’agisse de pièces de sa production propre ou de provenance étrangère.

En 1829, Heinrich Moser fonde une horlogerie au Locle, qui fabrique des montres de poche destinées au commerce européen et asiatique. Dès 1831, il ouvre une filiale à Moscou. L’ouverture de succursales à Nijni Novgorod et à Irbit – les deux principaux lieux de foire de l’époque – est également une décision judicieuse qui permet à la maison Moser d’être pré-sente dans les deux centres administratifs russes ainsi que sur les principales places de foire.

A sa grande déception, son fils unique Henri Moser (1844-1923) manifeste très peu d’intérêt pour l’horlogerie. 
En 1870, c’est la rupture entre le père et le fils. Lorsque Heinrich Moser meurt, en 1874, sa deuxième épouse Fanny devient l’héritière de tous les commerces ainsi que de l’horlogerie du Locle. Mais Fanny ne désire pas endosser la responsabilité de poursuivre l’oeuvre de son mari. Elle décide donc, en 1877, de vendre l’ensemble des commerces à Johann Winterhalter, et l’horlogerie du Locle à Paul Girard. 
Lors des deux transactions, elle s’assure contractuellement – selon le voeu de son défunt époux – que tous ses successeurs poursuivent son oeuvre sous la marque H. Moser & Cie ou Heinrich Moser & Co. 
C’est ainsi que l’ensemble des entreprises finit dans des mains étrangères. De même, le nom de cette famille Moser s’éteint car Henri, le fils unique de Heinrich Moser, n’a pas de descendants mâ-les.

En 1973, Heinrich Moser & Co. apparaît comme une entreprise de production de montres de précision à échappement ancre et de montres spéciales, notamment en or 18 carats ou avec des boîtiers sertis de pierres précieuses. 
En 1979, l’horlogerie du Locle devient membre du groupe «Dixi-Mécanique» et apparaît sous le nom de «Hy Moser & Cie». 
C’est en 2002 que le Dr Jürgen Lange fait réenregistrer le nom de la marque originale du fon-dateur au plan international. 
C’est l’heure de la renaissance de l’entreprise Moser Schaffhausen AG et la réintégration de la lignée des Moser. 
Aujourd’hui, Roger Nicholas Balsiger, ar-rière-petit-fils de Heinrich Moser, siège au conseil d’administration de l’entreprise en qualité de président d’honneur. 
En automne 2005, à l’occasion du 200e anniversaire de son fondateur Heinrich Moser, l’entreprise fera sa réapparition sur la scène de l’horlogerie internationale.

Par année