Christophe Claret

Nouveautés 2013

KANTHAROS

Son timbre cathédrale rugit à chaque changement de fonction du chronographe automatique, un concept inventé et développé par Christophe Claret pour la DualTow.
Elémentaire : un chronographe dont on entend le départ et l’arrêt avant de le lire à son poignet. Christophe Claret est parti d’un constat simple : les athlètes quittent les starting-blocks au coup de feu ; les boxeurs commencent et suspendent le combat au gong ; les chevaux s’élancent au signal du starter… Quoi de plus logique que de savoir très précisément, à l’oreille, quand démarre et quand stoppe le décompte ?
Kantharos intègre à la mesure des temps courts un système de sonnerie ingénieux qui se déclenche à chaque mode (start, stop, reset).
Nec plus ultra de la sonnerie, le timbre cathédrale visible à 10h, est doté d’un système breveté qui évite aux timbres de s’entrechoquer.
Le chronographe fait preuve d’une fiabilité et d’une performance hors pair. Son système d’embrayage à double flasques, inspiré des boîtes à vitesse dans l’automobile, permet d’éviter le saut de l’aiguille au démarrage du chronographe et ainsi d’augmenter la précision de la mesure.
Outre cette complication innovante, Kantharos s’offre une force constante. Pièce maîtresse, elle trône majestueusement côté cadran, à 6h. Ce savant mécanisme permet de diminuer sensiblement les écarts de marche de la montre. En effet, l’énergie délivrée à l’échappement est constant du début jusqu’à la fin de la réserve de marche.
Ingénieux à bien des égards, le calibre Kantharos, mouvement mécanique à remontage automatique, dispose des premiers composants fabriqués à base de M-15X. Ce nouveau matériau jamais encore utilisé pour réaliser de l’acier laminé en horlogerie et développé avec la société L. Klein SA, témoigne de l’attention particulière portée par Christophe Claret pour la recherche continuelle d’innovation, que ce soit en termes de complications horlogères, de machinerie ou de matériaux.
Acier issu de la métallurgie des poudres, une technique de fabrication lui garantissant une microstructure homogène et un grain extrêmement fin, le M-15X permet d’obtenir des terminaisons polies bloquées d’une qualité remarquable.
Logé dans un boîtier de titane et d’or blanc de 45 mm de diamètre, le mouvement a été conçu, développé et assemblé au sein de la manufacture.

 

SOPRANO

Le mouvement est à remontage manuel, il tire son énergie d’un seul barillet, assurant à la montre une réserve de marche de quelque 72 heures, et associe dans une magnifique perspective deux des plus belles complications horlogères, le tourbillon et la répétition minutes.
Le tourbillon 60 secondes (il accomplit un tour par minute) trône en majesté à 6 heures, soutenu par un pont étagé et ajouré de style Charles X.
Il s’agit d’un classique de la Manufacture Claret, rompu à tous les tests de laboratoire depuis des années, dont le coeur bat à la fréquence de 3 Hz (21'600 alternances par heure).
Quant à la répétition minutes, c’est une complication qui permet, au moment de son déclenchement, de "lire" l'heure par l'intermédiaire de palpeurs et de cames puis de la restituer sous forme sonore, grâce à des marteaux venant frapper des timbres de différentes fréquences.
Celui de la Soprano a été développé au sein de la manufacture il y a plus de dix ans, mais revisité entièrement à cette occasion. Aujourd’hui, il se révèle encore plus complexe. Il répond au souci de Christophe Claret de toujours faire preuve d’innovation : « A mon sens, une nouvelle montre n’a d’intérêt que si l’on fait progresser nos recherches.
Avec la Soprano, nous avons cherché à obtenir la plus grande richesse musicale possible. Voilà pourquoi elle est capable de jouer les quatre notes du fameux carillon », explique le maître horloger du Locle.
Une complication supplémentaire qui suppose le montage de quatre timbres cathédrale et de quatre marteaux, visibles sur la face de la montre en raison de l’absence de cadran.
Construction voulue comme telle pour éviter tout obstacle inutile à la diffusion du son.
Quoique très compliquée à fabriquer et de taille relativement importante – elle affiche un diamètre de 45 millimètres et une épaisseur de 15,32 millimètres - la boîte de la Soprano se veut de facture classique.

 

Par année