Breguet

Nouveautés 2015

Tradition répétition minutes 7087

TRADITION RÉPÉTITION MINUTES 7087Contrairement à de nombreuses répétitions minutes dont le déplacement des marteaux est parallèle au mouvement de la montre, cette Breguet Tradition 7087 possède des marteaux frappant les timbres de manière verticale, depuis le mouvement vers la lunette. Grâce à ce procédé, la vibration mécanique se transforme très efficacement en rayonnement sonore. Les marteaux ont fait l’objet d’une innovation supplémentaire dont le brevet a été déposé : un amortisseur semi-actif. Afin d’éviter que les timbres ne soient frappés une seconde fois en raison des vibrations, les répétitions minutes possèdent habituellement un ressort de butée. Néanmoins, en agissant déjà avant la frappe sur le timbre, ce ressort annihile une partie de l’énergie destinée à l’activation du timbre. Les horlogers de la Manufacture ont donc inventé un amortisseur dit semi-actif qui permet de maximiser l’énergie de frappe du marteau tout en annulant tout risque d’à-coup supplémentaire en raison des vibrations. Pour y parvenir, ils ont doté cet amortisseur d’une articulation qui agit en synchronisation avec la frappe du marteau pour qu’un ressort rappelle ce dernier immédiatement.

Comme pour le modèle Classique La Musicale 7800, une membrane a été disposée au fond du boîtier. Liée à la lunette, elle permet de faire vibrer l’air confiné entre le fond, composé d’ouvertures, et la membrane, formant une cavité acoustique. Le niveau sonore de la répétition minutes est ainsi augmenté tandis que les bruits pouvant provenir du mécanisme sont filtrés. Contrairement au modèle 7800 dont la membrane était en verre métallique, Breguet a pu réaliser ici, grâce à ses recherches en matière d’acoustique, une membrane en or sur laquelle a été fixée une glace saphir offrant une vue imprenable sur le mouvement.

A toutes ces innovations s’ajoute l’utilisation, dans ce modèle Tradition Répétition Minutes Tourbillon, d’un régulateur magnétique, comme cela était déjà le cas avec la Classique La Musicale. Contrairement à un régulateur traditionnel, ce système breveté se compose de masselottes en argent situées sous des aimants et ralenties par des champs magnétiques. Un ressort de rappel permet d’éloigner ou de rapprocher les aimants du champ magnétique. Les bruits sont ainsi réduits et l’usure évitée, tandis que la vitesse est régulée de manière constante, permettant à la sonnerie de conserver le même tempo quel que soit le nombre d’indications.

Tradition Chronographe Indépendant 7077

Le chronographe est une complication à part entière qui détient une position de choix en horlogerie. La mesure des temps courts offre un aperçu immédiat de la fonction demandée, mais sa réalisation est un défi mécanique supplémentaire, l’enclenchement d’un chronographe pouvant perturber la bonne marche des rouages principaux. Afin de pallier ce problème, Breguet a équipé son nouveau modèle Tradition Chronographe Indépendant 7077 de deux rouages totalement indépendants. Le premier est dédié au décompte des heures et des minutes et son balancier bat à une fréquence de 3 hertz. Il affiche une réserve de marche de 50 heures. Le second rouage, lié au chronographe, est quant à lui doté d’une fréquence de 5 hertz afin de garantir une plus grande précision de lecture, en accord avec celle du décompte du temps.

Tradition Chronographe Indépendant 7077

Les recherches effectuées par Breguet sur les hautes fréquences ont en effet démontré qu’un nombre d’oscillations plus élevé permettait d’obtenir une meilleure régularité de marche, les éventuelles perturbations étant plus vite corrigées. Les deux rouages n’ayant ici aucune influence l’un sur l’autre, le mouvement principal n’est pas affecté lorsque la fonction chronographe est enclenchée.

Avec le modèle Tradition Chronographe Indépendant 7077, les artisans de la Maison Breguet ont introduit un nouveau type de ressort se prêtant parfaitement à la fonction chronographe. L’énergie nécessaire au fonctionnement du chronographe est fournie par l’utilisateur lors de la fonction remise à zéro. Cette énergie est stockée dans une lame ressort qui travaille en flexion. La réserve de marche de ce type de lame ressort « à l’ancienne » n’excède pas les 20 minutes, mais cela convient parfaitement à la mesure des temps courts. Ce système permet à l’utilisateur d’enclencher sa fonction chronographe instantanément, sans se soucier de l’énergie restante lors de la mise en marche, puisqu’elle sera alors toujours à son maximum. Pour garantir la flexion maximale du ressort, Breguet a conçu une pièce dont la géométrie confère suffisamment d’élasticité afin de donner l’énergie supplémentaire au réarmage du ressort.
Le principe de la lame ressort tel qu’appliqué par les horlogers de la Maison Breguet a bénéficié de nombreuses innovations. Un rouage non concentrique a été associé à la lame ressort pour en lisser le couple et obtenir une amplitude ainsi qu’une marche constante du chronographe. L’ensemble de ce système lame ressort-rouage a d’ores et déjà fait l’objet d’un dépôt de brevet. Au lieu d’adopter une courbe habituelle, la forme du rouage est le résultat d’un calcul lui permettant d’assurer une transmission régulière de l’énergie au chronographe.
De plus, cette référence 7077 est dotée d’un balancier de chronographe en titane breveté garantissant une symétrie parfaite avec le balancier du mouvement.

Tradition Automatique Seconde Rétrograde 7097

Inspirée, comme le reste de la collection, des montres de souscription, cette création rappelle le génie d’A.-L. Breguet, qui, en 1796, invente la montre à une aiguille. Dotée d’un mouvement spécial d’une grande simplicité, cette pièce sera commercialisée sur le principe de la souscription : paiement du quart du prix à la commande, le solde étant dû à la livraison. A.-L. Breguet utilisera le calibre des montres de souscription pour réaliser ses premières montres à tact.

breguet 7097

La Tradition 7097 rend un nouvel hommage à la beauté du mécanisme des montres de souscription et à tact en laissant apparaître ponts, roues, échappement, barillet et autres composants du mouvement, qui, d’habitude, se trouvent sous la platine. L’équilibre visuel orchestré par la symétrie des ponts est accentué par des décors épurés. Les ponts et platine sont grenaillés selon une méthode de finition dont l’uniformité et la régularité demandent un savoir-faire rare qui ne laisse place à aucune erreur. La forme de la masse oscillante en or emprunte le style des mouvements de l’époque tandis que le classique motif de guilloché « Clou de Paris », réalisé à la main, met en exergue un cadran réduit en or argenté excentré à 12h. Ce type de cadrans se retrouve sur bon nombre des montres à tact qu’A.-L. Breguet créera dès 1799.

L’affichage des heures et des minutes grâce aux aiguilles Breguet en acier bleui à « pomme évidée » est complété à 10h par l’indication de la seconde rétrograde, dont ce nouveau modèle tient son nom. Afin d’offrir une lisibilité optimale de l’ensemble des informations et de mettre en valeur cette complication, les horlogers de Breguet l’ont superposée au cadran à l’aide d’un demi-cercle au fini brossé circulaire. Toujours dans un souci de symétrie, le pare-chute, élément emblématique de la collection Tradition, a
été savamment positionné à 4h. Identifiable au premier coup d’oeil, cette invention signée Breguet permet de protéger l’axe du balancier des chocs. Elle est l’ancêtre du moderne « Incabloc » et de toutes les autres protections contre les chocs.

D’un point de vue technique, cette nouvelle référence 7097 n’est pas en reste. Son boîtier de 40mm de diamètre loge un mouvement doté d’un échappement à ancre en ligne inversée avec cornes en silicium et d’un spiral à courbe terminale Breguet en silicium, garantissant une précision de marche exceptionnelle.

Venez en parler sur le forum

Par année