watch around

L’informatique s’inspire de l’horlogerie

10 décembre 2008

Apple produit une nouvelle génération de notebooks dont la structure mécanique évoque celle de la Swatch.

Apple a présenté, il y a peu, une nouvelle gamme de Notebooks. En quoi cela concerne-t-il l’horlogerie ? Le nouveau produit du géant américain n’a vraiment pas grand-chose en commun avec une montre traditionnelle. Mais des analogies fondamentales existent avec un produit comme la Swatch.

Peut-être vous en souvenez-vous : durant la crise du quartz, dans sa tentative désespérée de battre la concurrence japonaise dans une spécialité au moins, l’industrie horlogère suisse s’aventura à la fin des années 70 dans une compétition visant à réaliser la montre à quartz analogique la plus mince du monde. Et le fait est qu’elle l’emporta, ainsi que vous vous en souvenez peut-être aussi. Mais cette montre, d’une épaisseur inférieure à 2 mm, ne fut jamais fabriquée en série. Elle était si mince qu’elle ne pouvait être portée : à la moindre sollicitation, le boîtier se déformait et bloquait le mécanisme.

Reste que la montre et sa technologie inventée pour l’essentiel par André Beyner étaient révolutionnaires et ne disparurent pas sans laisser de traces. Pour obtenir une minceur aussi extrême, les ingénieurs d’ETA chargés de développer l’ouvrage tournèrent le dos à la technologie traditionnelle du mouvement en marche dans un boîtier. Dans leur concept, le boîtier était une partie fonctionnelle du mouvement. Le fond et les flancs étaient façonnés en un boîtier monocoque déjà dessiné pour accueillir rouages et électronique.

Le boîtier en guise de châssis

L’idée était trop exceptionnelle pour qu’on l’oublie. C’est pourquoi elle ressurgit quelques années plus tard sous la forme d’un produit qui allait devenir la montre suisse la plus vendue de tous les temps : la Swatch. Alors que pour la montre de luxe ultraplate baptisée «Delirium» le boîtier fonctionnel était fraisé dans une seule pièce, le boîtier Swatch résultait d’un procédé de moulage par injection, ce qui, question précision, constituait un véritable casse-tête. Du point de vue de la technique de fabrication, la Swatch est un événement clé de l’histoire industrielle des instruments de précision.

Or, trente ans plus tard, l’industrie du numérique – connue pour être si progressiste – a enfin eu une idée analogue. Apple a développé un châssis alu pour Notebooks fièrement baptisé «Precision Aluminium Unibody Enclosure». Au lieu de «coffrer» d’un fin boîtier une structure à grillage interne qui supporte les composants, les parties du boîtier, y compris les contrefiches qui servent à rigidifier l’ensemble, sont fraisées dans un bloc d’aluminium. Cela demande plus de travail, mais comporte aussi un certain nombre d’avantages : moins de composants, recyclage complet des copeaux d’alu, stabilité beaucoup plus élevée de la pièce malgré un poids réduit.

C’est ce que l’acheteur ressent dès la première prise en main : l’ordinateur ne plie pratiquement pas et délivre une impression de solidité. L’agréable fraîcheur du matériel permet d’imaginer un autre avantage : du fait de sa grande surface, le boîtier évacue efficacement la chaleur parfois importante des processeurs.

Concept Swatch pour haute horlogerie

A vrai dire, il est étonnant que, jusqu’ici, la haute horlogerie ait recouru une fois seulement au principe de la «Delirium» : en 1986, Audemars Piguet présenta la seule montre-bracelet à tourbillon et remontage automatique. Cette merveille technologique développée par André Beyner et Maurice Grimm mesurait seulement 4,8 mm d’épaisseur malgré sa complication et arborait pour la première fois une cage de tourbillon en titane ainsi qu’une masse de pendule en platine-iridium. Le fond du boîtier en or formait la platine du mouvement, ce qui autorisait un agencement inhabituel des composants. On attend encore de voir si, dans l’industrie horlogère, quelqu’un redécouvrira bientôt le potentiel de cette architecture géniale et en tirera une nouvelle exclusivité mondiale.

Par Timm Delfs

Venez en parler sur le forum

 

A voir également