Articles horlogers

Interview d'Antoine Preziuso

17 décembre 2013

POUR HORLOGERIE-SUISSE.COM

Quand tu étais enfant, dans quel métier te rêvais-tu ?
Pilote d'avion, chercheur d'or, scientifique, archéologue

Comment entre-t-on en horlogerie ?
J'habitais dans un quartier ou il y avait plusieures petites entreprises horlogères, mon père travaillait dans l'une d'elle ou il faisait des boites de montres, le soir il pratiquait la bijouterie et l'horlogerie à la maison et là, il me donnait des mouvements pour apprendre à les démonter et les remonter ... j'avais 7 ans.
J'ai hérité du virus horloger par mon père et je me suis inscrit à l'école d' horlogerie.

Difficile, les années d’apprentissage ? Y a-t-il eu des moments de doutes ? As-tu eu envie d’arrêter ? Pourquoi as-tu continué ?
Il y a toujours un moment de doute mais il est très court , le temps passe et cela devient très passionnant on y apprend à exercer un très beau métier et c'est pour cela que j'y ai passé 5 ans de ma jeunesse et je suis devenu horloger complet et j'ai été promu premier de ma classe.

Avec le recul, quel conseil donnerais-tu aux jeunes apprentis horloger aujourd’hui ?
D'avoir une bonne vue .... sur l'avenir, et d'aimer l'infiniment petit.

Les côtés passionnants et rébarbatifs de ton métier ?
C'est donner la vie a un micro mécanisme, le rendre beau et soigner le moindre détail et en faire un garde temps. 
Coté rébarbatif ... aucun.

Tous les jeunes horlogers rêvent de travailler sur le « complications ». Est-ce judicieux de s’y lancer le plus vite possible, ou faut-il parfaire ses armes sur des calibres de base avant ?
On ne peut pas monter sur le mont Everest sans entraînement , vaut mieux faire une halte au camp de base....!!!

Au vu des millions de calibres mécaniques produits par année, l’industrie horlogère suisse aurait besoin de environ 500 nouveaux horlogers par an. Or les écoles n’en forment que 50 à 60 ! Pourquoi d’après toi, et comment faire pour susciter plus de vocations ?
Ouvrir d'autres écoles .... !! Certaines grandes marques ont des centaines d'employés et forment 2 ou 3 apprentis par année, il devraient penser un peu plus à l'avenir du métier car ils vont se retrouver devant un très grand manque de main d'oeuvre spécialisée.

Horloger et constructeur horloger, comment passe-t-on de l’un à l’autre ?
Pour être horloger il faut de la patience pour être constructeur il faut du génie et des connaissances. pour faire les deux il faut la passion.

Etre horloger et manager de société en même temps, est-ce compatible ? Quelles sont les plus grandes difficultés ?
C'est très dur , car il faut être au four et au moulin mais avec le temps on devient .... patron , entrepreneur , flic, psychologue , businessman, génie, maitre d'apprentissage, et expert bien sur...!!!

Qu’est-ce qui t’a fait monter ta propre marque ?
D'avoir vendu ma première montre, d'en faire deux autres avec l'argent de cette vente et hop c'est partit... et bien sur l'envie de l'indépendance.

Ma toute première montre réalisée avec mon nom sur le cadran était une montre bracelet en or avec un cadran en marbre de carrare, c'était une interprétation de l'horloge de la tour de Siena en Italie, horloge datant du 16eme absolument superbe avec une seule aiguille..... celle des heures.
C'était en 1986 et elle fait toujours partie intégrante de notre collection.

Un de tes plus beaux souvenirs horlogers de ces dernières années ?
La restauration d'une pendule rarissime dans l'un des endroit les plus secret du monde, le Kremlin et mon triple tourbillon à résonance qui fait partie aujourd'hui du patrimoine mondial de l'horlogerie.

 

Quel regard portes-tu sur l’industrie horlogère aujourd’hui ?
Ou la la...... ouffff ..... et bien....y a de quoi faire...!!!

Il y a un intérêt grandissant pour les horlogers indépendants et de plus en plus d’horlogers lancent leurs marques. Comment vois-tu cette évolution ?
Des horlogers....? je dirai des financiers qui pour la plus part ne connaissent rien à l'horlogerie, bonjour les dégats. Cela pourrait ternir la belle image de l'horlogerie suisse , les fournisseurs de mouvements devraient se renseigner avant de vendre à n'importe qui des mouvements mécaniques ou à tourbillons !

Ton fils travaille avec toi, ta fille lance sa ligne de bijoux sous ton aile, est ce que c’était un but pour toi de travailler un jour avec eux ou est-ce venu par hasard ?
Quel hasard , il faut dire qu'ils sont né quasiment dans mes layettes et je dois vous dire que c'est un vrai bonheur de travailler tous ensembles et en plus de voir que l'élève dépasse le maître, ils ont tous les deux du génie... cela promet. Voilà un joli Precious family concept.

Celui qui aime ne compte pas , je travaille à mi temps 12h sur 24h et quand j'enlève le balancier d'une montre j'arrête le temps .. et pourtant il continue à passer. 
La plus belle des reconnaissances c'est d'avoir des clients comme des sultans, collectionneurs ou passionné de haute horlogerie et une belle clientèle genevoise qui se veut être différente. 
Merci à ma femme May qui elle aussi participe au beau succès de notre entreprise.

Tout mes remerciements à Antoine pour sa disponibilité et sa gentillesse. 
Eric Cosandey 

A voir également